Actualités

Actualités du monde agricole Toutes les actualités

Le paradoxe de l’autorisation d’irriguer les vignes

Le 14/08/2019 Actualités du monde agricole

Quid de l'autorisation d'irriguer contre la sécheresse dans les vignes ?

Pour la deuxième année consécutive, la sécheresse sévit un peu partout en France, aggravée par deux épisodes de canicule dont chacun se souviendra. La situation est telle que des dérogations exceptionnelles permettent à certains viticulteurs d’irriguer leurs vignes… quand les restrictions d’eau ne les en empêchent pas !


De nombreux terroirs viticoles souffrent comme jamais, et les vignes les plus résistantes montrent des signes de stress hydrique : jaunissement des feuilles, arrêt de grossissement des grappes ou flétrissement des raisins inquiètent les producteurs quant aux vendanges à venir.

Certains ont donc sollicité l’autorisation d’irriguer, là où c’est habituellement interdit ; et ont souvent obtenu ce droit, à titre exceptionnel, notamment pour sauver les jeunes vignes. Encore faut-il que de l’eau soit disponible ! Car à peine acquises ces permissions, des arrêtés préfectoraux ont interdit l’irrigation – sauf cas de force majeure - au nom des restrictions d’usage, destinées à préserver l’eau potable. Quand l’eau des rivières ou des nappes envisagées pour le pompage n’a pas tout simplement disparu…

D’aucuns se retrouvent donc en plein paradoxe, dans l’incapacité de mettre en œuvre cette solution de sauvegarde temporaire. Il est à espérer que cette situation reste marginale et exceptionnelle.

A la recherche d'alternatives pour les épisodes de sécheresse à venir

Mais les professionnels anticipent déjà de futurs épisodes de canicule et de sécheresse, en réfléchissant à des alternatives techniques plus durables. Ainsi, comme s’y intéressent les viticulteurs bordelais depuis quelques années, les professionnels d’autres régions envisagent de se tourner vers des vignes plus résistantes, comme certains cépages corses ou italiens.


D’autres remettent sur la table des projets de création de retenues collinaires, pour collecter l'eau de pluie hivernale. Souvent décriée et rarement concrétisée, cette solution semble désormais rencontrer une oreille plus compréhensive de la part de l'Etat.
 

Dans l’attente de solutions efficaces, votre solidarité avec vos accueillants viticulteurs sera d’autant plus prisée. Ils apprécieront toujours d’échanger avec vous, et de pouvoir parler de leur vécu : ces relations humaines bienveillantes font partie de l’esprit France Passion, et nous vous remercions de les partager. 

Crédit photo : viticulturevignoble.fr

Retour